chaque être possède dix mille mètres de ciel bleu sur sa tête. antoine de saint-exupéry

Petite entreprise familiale
23 juin, 2012, 20:35
Classé dans : Non classé

Le grand père, la fille, la nièce, le jour où cette famille présentera son poisson rouge à un suffrage ses électeurs voteront pour lui…Petite entreprise familiale panneaux-electoraux

 

 



Indignez-vous
14 septembre, 2011, 15:49
Classé dans : - Politique !

Indignez-vous dans - Politique !

http://www.youtube.com/watch?v=CJUOQDhEcF0



12 mars, 2011, 16:11
Classé dans : - Politique !

Vive la Tunisie

  dans - Politique ! democratie-tunisie

http://www.youtube.com/watch?v=rbKxI2X0hbo



12 mars, 2011, 15:35
Classé dans : - Musique !

 

 

 

 

 dans - Musique ! 61-benjamin-biolay

 BIOLAY – TON HERITAGE

 http://www.youtube.com/watch?v=XhpmfJ07TRc

Si tu aimes les soirs de pluie
Mon enfant, mon enfant
Les ruelles de l’Italie
Et les pas des passants
L’éternelle litanie
Des feuilles mortes dans le vent
Qui poussent un dernier cri
Crie, mon enfant

Si tu aimes les éclaircies
Mon enfant, mon enfant
Prendre un bain de minuit
Dans le grand océan
Si tu aimes la mauvaise vie
Ton reflet dans l’étang
Si tu veux tes amis
Près de toi, tout le temps

Si tu pries quand la nuit tombe
Mon enfant, mon enfant
Si tu ne fleuris pas les tombes
Mais chéris les absents
Si tu as peur de la bombe
Et du ciel trop grand
Si tu parles à ton ombre
De temps en temps

Si tu aimes la marée basse
Mon enfant, mon enfant
Le soleil sur la terrasse
Et la lune sous le vent
Si l’on perd souvent ta trace
Dès qu’arrive le printemps
Si la vie te dépasse
Passe, mon enfant

{Refrain:}
Ça n’est pas ta faute
C’est ton héritage
Et ce sera pire encore
Quand tu auras mon âge
Ça n’est pas ta faute
C’est ta chair, ton sang
Il va falloir faire avec
Ou, plutôt sans

Si tu oublies les prénoms
Les adresses et les âges
Mais presque jamais le son
D’une voix, un visage
Si tu aimes ce qui est bon
Si tu vois des mirages
Si tu préfères Paris
Quand vient l’orage

Si tu aimes les goûts amers
Et les hivers tout blancs
Si tu aimes les derniers verres
Et les mystères troublants
Si tu aimes sentir la terre
Et jaillir le volcan
Si tu as peur du vide
Vide, mon enfant

{au Refrain}

Si tu aimes partir avant
Mon enfant, mon enfant
Avant que l’autre s’éveille
Avant qu’il te laisse en plan
Si tu as peur du sommeil
Et que passe le temps
Si tu aimes l’automne vermeil
Merveille, rouge sang

Si tu as peur de la foule
Mais supportes les gens
Si tes idéaux s’écroulent
Le soir de tes vingt ans
Et si tout se déroule
Jamais comme dans tes plans
Si tu n’es qu’une pierre qui roule
Roule, mon enfant

{au Refrain}

Plus paroles: http://www.parolesmania.com/paroles_benjamin_biolay_15661/paroles_ton_heritage_958674.html
Tout sur Benjamin Biolay: http://www.musictory.fr/musique/Benjamin+Biolay



l’un part, l’autre reste
14 août, 2010, 9:27
Classé dans : - Musique !

l'un part, l'autre reste dans - Musique ! charlotte-gainsbourg-pousse-a-nouveau-la

http://www.dailymotion.com/video/xdbepy_charlotte-gainsbourg-lun-part-lautr_music

 Ont-ils oublié leurs promesses ?
Au moindre rire, au moindre geste,
Les grands amours n’ont plus d’adresse
Quand l’un s’en va et l’autre reste…

N’est-il d’échecs que de jeunesse ?
N’est-il passé que rien ne laisse ?
Les grands amours sont en détresse
Lorsque l’un part et l’autre reste

Reste chez toi
Vieillis sans moi
Ne m’appelle plus
Efface-moi
Déchire mes lettres
Et reste là
Demain, peut-être
Tu reviendras…

Geste d’amour et de tendresse
Tels deux oiseaux en mal d’ivresse
Les grands amours n’ont plus d’adresse
Quand l’un s’en va et l’autre reste

Sont-ils chagrins dès qu’ils vous blessent ?
Au lendemain de maladresses
Les grands amours sont en détresse
Lorsque l’un part et l’autre reste

De triste adieu
Que d’illusions
Si c’est un jeu
Ce sera non
Rends-moi mes lettres
Et reste là
Demain peut-être
Tu comprendras…

Ils n’oublieront pas leurs promesses
Ils s’écriront aux mêmes adresses
Les grands amours se reconnaissent
Lorsque l’un part et l’autre reste

 Nathalie Rheims



l’aquoiboniste
12 mai, 2010, 14:39
Classé dans : - Sans commentaires... !

l’aquoiboniste (gainsbourg, birkin)

 l'aquoiboniste dans - Sans commentaires... ! maree-noire-cote

 http://www.youtube.com/watch?v=4yo9Y0WRUqc

C’est un aquoiboniste
Un faiseur de plaisantristes
Qui dit toujours à quoi bon
A quoi bon
Un aquoiboniste
Un modeste guitariste
Qui n’est jamais dans le ton
A quoi bon
Un aquoiboniste
Un modeste guitariste
Qui n’est jamais dans le ton
A quoi bon
Un aquoiboniste
Un peu trop idéaliste
Qui répèt’ sur tous les tons
A quoi bon
Un aquoiboniste
Un drôl’ de je m’enfoutiste
Qui dit à tort à raison
A quoi bon
Un aquoiboniste
Qui s’fout de tout et persiste
A dire j’veux bien mais au fond
A quoi bon
Un aquoiboniste
Qu’a pas besoin d’oculiste
Pour voir la merde du monde A quoi bon
Un aquoiboniste
Qui me dit le regard triste
Toi je t’aime, les autres ce sont
Tous des cons

 

 



10 mai, 2010, 20:47
Classé dans : - Environnement !,- Littérature !,- Sans commentaires... !
TELERAMAUn écrivain témoigne
Marée noire aux Etats-Unis

James Lee Burke : “Les marais de Louisiane vont absorber le pétrole comme une éponge”

 dans - Environnement ! mangrove-parc-los-haitises-rep-dom

ECRIVAIN+-+James+Lee+BURKE+(1936) dans - Littérature !

LE FIL LIVRES – Après l’explosion, le 20 avril, d’une plate-forme pétrolière au large de la Louisiane, les Etats-Unis sont confrontés à l’une des pires marées noires de leur histoire. Nous avons demandé à l’auteur de polars James Lee Burke, 73 ans, de nous parler de ce bout d’Amérique sur lequel il a si souvent écrit.

partage_barre_grise dans - Sans commentaires... ! partage_barre_grise partage_barre_grise

fleche_bulle

checkAffichagePictoYBuzz_2(‘une’,’55682′);

     

trans

A 73 ans, James Lee Burke est souvent considéré comme le Faulkner ou le Steinbeck du roman policier. Ses histoires se déroulent en Louisiane, le pays où il vit depuis toujours, même s’il passe désormais une partie de son temps dans le Montana. Son détective, le mythique Dave Robicheaux, a été incarné l’an dernier par Tommy Lee Jones dans le film que Bertrand Tavernier a tiré de l’un de ses livres, Dans la brume électrique.

Début mai, les éditions Rivages publient un recueil de nouvelles, Jésus prend la mer, dont plusieurs ont été écrites après le passage de l’ouragan Katrina, en 2005, et relatent ces heures d’angoisse, de mort et de chaos dans un Etat où l’aide fédérale a considérablement tardé à arriver. L’une des enquêtes de Dave Robicheaux, La Descente de Pégase, est également traduite et publiée ces jours-ci.

Joint par téléphone après la marée noire provoquée par l’explosion de la plate-forme BP dans le Golfe du Mexique, le 20 avril dernier, James Lee Burke nous a confié sa tristesse, son amour pour la Louisiane et sa colère devant les catastrophes dont elle est régulièrement victime (1).

Télérama : Comment avez-vous vu la Louisiane se transformer au cours de votre vie ?
James Lee Burke : Ma famille s’est installée dans la petite ville de New Iberia en 1836. J’ai toujours vécu sur cette terre, j’y ai été reporter, garde forestier et même prospecteur sur une barge pétrolière dans les années 50. La main de dieu a créé cet endroit merveilleux, et celle de l’homme n’a cessé de l’abîmer, par cupidité. C’est une terre de sacrifices, un pays magnifique au cœur d’un environnement terrible, dont la destruction est en cours depuis des dizaines d’années. L’industrialisation a érodé la côte, les compagnies pétrolières ont creusé des dizaines de milliers de kilomètres de canaux pour leurs installations, tuant nombre de végétaux en introduisant de l’eau salée dans l’eau douce des marais. Les arbres sont coupés, les eaux polluées, le pire urbanisme est à l’œuvre. Lorsque la marée noire va atteindre la côte, les marais vont absorber le pétrole comme une éponge. C’est comme injecter de l’acide directement dans des veines.

On a parfois le sentiment d’un Etat abandonné par les autorités fédérales…
La Louisiane est un Etat très pauvre, qui détient des records en illettrisme, mortalité infantile, taux de pollution et de corruption. Dans les années 80, Ronald Reagan a réduit drastiquement les aides fédérales, fermé des hôpitaux publics et des institutions psychiatriques, limité les crédits de la police et de la lutte contre la drogue, notamment le crack, dont l’invasion a fait exploser la criminalité au début des années 90. Ici, on peut acheter de l’alcool en voiture à un guichet, des piétons sont tués le long des autoroutes tous les jours, les soins médicaux ressemblent à ceux du tiers-monde. Nous sommes dans une société totalement dysfonctionnelle. Je suis allé pêcher récemment, dans un lieu magnifique, des eaux sombres bordées d’arbres. Au milieu, quelqu’un avait balancé des tonnes de déchets industriels, qui flottaient partout. J’ai passé une demi-douzaine de coups de téléphone à toutes sortes d’autorités, personne ne voulait rien faire à part me suggérer de porter plainte. Comme si en constatant que quelqu’un allume un incendie dans un parc national, les autorités chargées de la protection de ce parc envisageaient de porter plainte plutôt que d’agir !

La réaction de l’administration Obama à la marée noire vous semble-t-elle plus appropriée que celle de George Bush après le passage de Katrina, en 2005 ?
Je me souviens qu’en 1965, après le passage de l’ouragan Betsy, le président Johnson était venu sur place, rendre visite en pleine nuit à des réfugiés terrifiés, dans un abri sans électricité. Il avait une lampe torche, qu’il a braqué sur son propre visage, et il leur a dit : « Je m’appelle Lyndon Baines Johnson, et je suis votre foutu président ["I'm your goddam president"]. Je suis venu vous dire que toute l’Amérique est derrière vous. » Les gens d’ici ne l’ont jamais oublié !
En 2005, Bush se fichait complètement de la situation, c’était une indifférence absolument scandaleuse. Il est venu, très tardivement, survoler la région et n’a même pas daigné descendre sur la terre ferme ! Aujourd’hui, c’est tout à fait autre chose : Barack Obama, que je crois être un homme bon, a probablement été mal informé et a mis du temps à prendre conscience de l’ampleur de la catastrophe. Tous ceux qui connaissent un peu l’industrie pétrolière savent ce que signifie l’explosion d’une plate-forme… Il a tardé, mais je le crois bien intentionné.

Y a-t-il encore en Louisiane un héritage français ?
Lorsque j’étais étudiant, dans les campagnes, on n’entendait presque jamais parler anglais. Et dans les villes, les gens parlaient autant l’anglais que le français. Dans les années 50, pour forcer l’alphabétisation anglophone, les autorités ont interdit la pratique du français à l’école, même dans les cours de récréation ! Alors ce langage s’est perdu, et la culture de la région s’est appauvrie.

Vous évoquez souvent dans vos livres le passé esclavagiste de la Louisiane. Quelles traces a-t-il laissé ?
L’histoire du Sud est faite de gens qui ont gagné de l’argent sur le dos des autres : les colons, les planteurs, aujourd’hui les compagnies pétrolières. Le racisme a été inculqué aux gens d’ici, on leur a appris à avoir peur les uns des autres, c’est ainsi que les démagogues du monde entier s’assurent le pouvoir. En 1988, Bush père a mené la campagne présidentielle la plus raciste que j’aie jamais vue – moi qui ai 73 ans, et vis dans le Sud des Etats-Unis ! Il a scandaleusement exploité un sinistre fait divers, le viol d’une femme blanche par un Noir, libéré de prison, Willlie Horton. C’était honteux. Bush junior a reproduit ce même modèle, en jouant sur la peur du terrorisme pour légitimer les guerres d’Irak et d’Afghanistan, qui sont de purs conflits néo-coloniaux pour protéger un empire pétro-chimique. Nous marchons dans les traces des Français et des Anglais lorsqu’ils étaient des puissances coloniales, et le fait de savoir aujourd’hui combien ces politiques ont été dramatiques n’arrêtent pas les Etats-Unis.

Le pétrole, pourtant, a bénéficié à l’économie de la Louisiane…
Oui, dans la mesure où cette industrie a fourni des emplois, même s’ils ont toujours été mal payés et si, de mon temps, dans les années 50, le syndicalisme était très fortement découragé. Mais le pétrole qui est extrait ici est en partie envoyé en Floride ou en Californie, qui ne veulent pas de forages offshore au large de leurs belles côtes ! La Louisiane est la poubelle de l’Amérique, son histoire est une tragédie. Pour moi, c’est comme être témoin chaque jour d’un crime dont je sais que, moi vivant, il ne sera pas puni.



si j’étais ton chemin… (y.duteil)
5 mai, 2010, 2:06
Classé dans : - Musique !

si j'étais ton chemin... (y.duteil) dans - Musique ! enfant_plage_sable

 http://www.youtube.com/watch?v=GgJWxnkvJqk



Quoi…
16 avril, 2010, 1:59
Classé dans : - Musique !

 

 Quoi... dans - Musique ! Serge_Gainsbourg_d_c_s2_3_1991

http://www.youtube.com/watch?v=p0jxJE_cMDg

Quoi
De notre amour feu ne resterait que des cendres
Moi
J’aimerais que la terre s’arrête pour descendre
Toi
Tu me dis que tu vaux pas la corde pour te pendre
C’est à laisser ou à prendre

Joie
Et douleur c’est
Ce que l’amour engendre
Sois au moins conscient que mon coeur peut se
Fendre
Soit
Dit en passant j’ai beaucoup à apprendre
Si j’ai bien su te comprendre

Amour cruel
Comme en duel
Dos à dos et sans merci
Tu as le choix des armes
Ou celui des larmes Penses-y penses-y
Et conçois que c’est à la mort à la vie

Quoi
De notre amour feu ne resterait que des cendres
Moi J’aimerais que la terre s’arrête pour
descendre
Toi
Tu préfères mourir que de te rendre
Va donc savoir va comprendre



Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites
12 avril, 2010, 12:22
Classé dans : - Politique !

Pour signer l’appel : http://www.exigences-citoyennes-retraites.net/

Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites

Le gouvernement français s’apprête à engager une nouvelle réforme qui risque de porter un coup fatal au système de retraite par répartition en jurant une fois de plus que c’est pour le sauver. Le bilan des réformes menées depuis 1993 est déjà catastrophique car toutes les dispositions prises (calcul sur les 25 meilleures années, indexation sur les prix et non plus sur les salaires des actifs, allongement de la durée de cotisation sous peine de décote…) ont déjà fait baisser le niveau des pensions d’environ 20 %. Elles ont aggravé les inégalités déjà fortes entre les pensions des hommes et des femmes. Le Conseil d’orientation des retraites (COR) prévoit que le taux de remplacement moyen – niveau de la retraite par rapport au salaire, passerait de 72 % en 2007 à 59 % en 2050. Cette dégradation continuera donc de frapper les actuels retraités et touchera également les générations suivantes.

Malgré ce bilan désastreux, le gouvernement veut aller encore plus loin en supprimant l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans en le portant à 62, voire 65 ou 67 ans, comme le demande le Medef, et en remettant en cause le calcul sur les six derniers mois d’activité des retraites du secteur public. Jumelées avec un nouvel allongement de la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein, ces mesures condamneraient à la pauvreté la plupart des futurs retraités, surtout les femmes et tous ceux et celles qui ont connu et connaîtront des périodes de chômage et de précarité importantes. Ce sont les salarié-es les plus jeunes qui subiraient les effets cumulés de ces orientations au moment de partir à la retraite.

Le gouvernement et le patronat persistent à vouloir durcir les conditions de départ en retraite alors même que les entreprises continuent de se débarrasser des salariés âgés avant qu’ils aient acquis la totalité de leurs droits. Exiger que les salariés travaillent et cotisent plus longtemps, alors que l’âge moyen de cessation d’activité est de 59 ans, ne vise qu’à baisser le niveau des pensions. De plus, cette logique remet en cause la solidarité intergénérationnelle. Il n’y a aucun sens à augmenter l’âge de la retraite alors que le chômage de masse sévit pour les jeunes. Au lieu de voir dans la retraite par répartition une transmission perpétuelle et solidaire de la prise en charge d’une génération par la suivante, le gouvernement et le patronat, afin d’attiser la division, la stigmatisent comme un fardeau pour la seule génération à venir.

Le danger ne s’arrête pas là. Le COR dessine les contours d’une réforme pour remplacer notre système par un autre « par points » ou « par comptes notionnels ». Dans les deux cas, il s’agirait de ne plus avoir à assurer un taux de remplacement du salaire défini à l’avance et de faire de la variation du niveau des pensions le moyen d’équilibre financier des régimes. Cela aggraverait encore la baisse du niveau des pensions et contraindrait les salariés, particulièrement les salarié-es pauvres et effectuant les travaux pénibles, à travailler toujours plus longtemps.

La vraie raison des mesures qui s’annoncent n’est pas liée à la démographie. La crise financière a provoqué une récession et donc une flambée des déficits publics. Les États continuent benoîtement à financer leurs déficits en empruntant sur ces mêmes marchés financiers qui ont provoqué la crise. Réduire ces déficits pourrait se faire par une taxation du capital. Mais les spéculateurs refusent évidemment cette solution, demandent que les États donnent des gages et exigent une réduction des dépenses publiques.

Une alternative à cette régression sociale existe pourtant. A moins de décréter la paupérisation des retraité-es, il est normal de couvrir les besoins sociaux liés à l’augmentation de leur part dans la population par un accroissement des prélèvements sur la richesse produite. Les déficits des caisses de retraite sont essentiellement dus au refus obstiné de le faire. Pourtant, le besoin supplémentaire de financement nécessaire aux retraites est réalisable puisqu’il a été chiffré en 2007 par le COR entre 1 et 2 points de PIB jusqu’en 2050, à comparer avec la chute de la part de la masse salariale de 8 points au cours des dernières décennies et avec l’explosion correspondante des dividendes, qui sont passés de 3, 2 % du PIB en 1982 à 8, 5 % en 2007. Il est donc juste d’augmenter la part des salaires et des pensions dans la richesse produite en s’attaquant aux profits. Le financement des retraites est possible à condition d’en finir avec l’actuel partage éhonté de la richesse au bénéfice des revenus financiers. C’est ce partage qui constitue le tabou à faire sauter, et non l’âge de départ. Il s’agit là d’un choix politique de justice et de solidarité.

La question des retraites pose celle de la société dans laquelle nous voulons vivre. Nous ne pouvons accepter la paupérisation programmée des futurs retraité-es, l’idéologie absurde du « travailler toujours plus » et la destruction des solidarités sociales. Nous souhaitons contribuer à une vaste mobilisation citoyenne (réunions publiques, appels locaux…) pour stopper cet engrenage.


12345...14

LA VERITE SVP |
camerounais |
C'est facile! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ressentir la paix et la joi...
| La Zone
| INFINITY7