chaque être possède dix mille mètres de ciel bleu sur sa tête. antoine de saint-exupéry

31 mars, 2009, 0:50
Classé dans : - Féminisme !

 dans - Féminisme ! 184830Le sexisme de retour

À la veille de la Journée de la femme, une passionnante conférence, organisée par le Planning familial et le Centre d’information départemental sur les droits des femmes et des familles (Cidff) est venue rappeler que le sexisme est encore bien vivace et qu’il fait même un retour en force dans le comportement des jeunes générations.

En cause : les stéréotypes et préjugés qui, s’ils s’expriment de façon plus discrète qu’il y a cinquante ans, continuent, semble-t-il, à déterminer le rôle de la femme au sein de la famille et de la société. La démonstration de Delphine Bitton, du Planning familial, à travers l’exemple de la littérature enfantine est, à ce titre, éloquente.

Nouveaux modèles

De la série des « Martine », encore vendue à 85 millions d’exemplaires dans le monde, aux aventures du « Club des cinq », le modèle de la jeune fille polie et courageuse, qui sait, à l’occasion, se comporter comme une vraie petite maman et cède toujours volontiers au garçon le rôle de chef, sape insidieusement la notion d’égalité revendiquée par la société, selon l’intervenante. Sans parler de la presse magazine jeunesse qui, en ciblant et multipliant les titres par sexe et tranche d’âge, conditionne l’intérêt des petites filles pour la mode, les histoires romantiques, la cuisine ou les loisirs créatifs.

Depuis les années 1980, avec notamment la création de l’École des loisirs, la littérature jeunesse se montre plus attentive à l’apprentissage de l’égalité et véhicule des modèles plus modernes de jeunes filles qui libèrent, par exemple, leur prince des griffes du dragon. Certaines maisons d’édition, comme Talents Hauts, se sont même spécialisées dans l’édition de livres jeunesse anti-sexiste. C’est d’ailleurs à partir de ces ouvrages que le Planning familial va à la rencontre des enfants dès le CE 2, pour susciter le débat et la réflexion sur la place et le rôle de chacun.

Absentes de l’histoire

Cette évolution de la littérature jeunesse n’a pas trouvé sa traduction dans les manuels scolaires. L’intervention de Nathalie Mallard, professeur d’histoire-géographie, a démontré qu’à quelques très rares exceptions, les femmes sont largement absentes des manuels d’histoire. D’ailleurs, une rapide introspection de nos souvenirs d’école, à laquelle la conférencière a invité l’assistance, suffit à se convaincre de l’indigence de l’enseignement sur ce point.

Une des influences des plus flagrantes de ces stéréotypes sexués s’opère sur les choix d’orientation scolaire et professionnelle des filles et des garçons. Si les filles réussissent globalement mieux leur scolarité, elles restent cantonnées aux filières déterminées par les schémas sociaux (carrières sanitaires et sociales, service aux personnes, éducation) et investissent moins les filières scientifiques et technologiques. Les chiffres de l’orientation en Dordogne, énoncés par Annie Hote Chalbos, présidente du Cidff, traduisent même une tendance plus marquée qu’ailleurs à ces choix.

Auteur : Dominique David


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

LA VERITE SVP |
camerounais |
C'est facile! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ressentir la paix et la joi...
| La Zone
| INFINITY7