chaque être possède dix mille mètres de ciel bleu sur sa tête. antoine de saint-exupéry

le dernier pour la route…
31 octobre, 2009, 12:01
Classé dans : - Cinema !

le dernier pour la route... dans - Cinema ! route

 http://www.youtube.com/watch?v=EMP17nDcJFc

François Cluzet, en verre et contre tout  

Marie-Noëlle Tranchant

François Cluzet : « Au-delà de l’alcool, c’est un film qui parle de nos blessures profondes. »

Dans «Le Dernier pour la route», premier film de Philippe Godeau, l’acteur joue le personnage réel du journaliste Hervé Chabalier, sauvé de l’alcool par une thérapie de groupe.

coeur- dans - Cinema !«Le Dernier pour la route» - Drame de Philippe Godeau, avec François Cluzet, Mélanie Thierry, Michel Vuillermoz. Durée : 1h47.

» CRITIQUE VIDÉO – J’ y vais : «Le dernier pour la route»

L ‘air sombre, la mèche rebelle, François Cluzet interprète le grand reporter Hervé Chabalier, patron de l’agence Capa, au moment où il a décidé d’en finir avec l’alcool. Avec lui, on entre dans un luxueux centre de cure et dans­ une communauté d’abord étrange à ses yeux, où la solitude est bannie autant que ­l’alcool. Les maîtres mots de l’aventure sont le courage et l’entraide.

«Au-delà de l’alcool, c’est un film qui parle de nos blessures profondes, des coups durs qui nous font perdre nos repères et du besoin que nous avons des autres pour nous remettre dans la vie»,dit François Cluzet.

Quand Philippe Godeau lui a proposé le récit autobiographique de Chabalier, Le Dernier pour la route, l’acteur a commencé par refuser. Cette histoire d’alcoolique ne l’intéressait pas, lui rappelait sans doute de trop sombres moments. Le producteur, qui n’avait pas encore décidé de devenir réalisateur, a sollicité d’autres interprètes. Il en a trouvé, mais pour une raison ou pour une autre, le film ne se faisait pas. Retour à Cluzet, que son agent persuade de lire le scénario : il découvre alors que ce n’est pas l’histoire d’une dérive mais d’une thérapie. D’une renaissance.

«Et surtout d’une renaissance qui passe par les autres, ajoute François Cluzet. On tombe dans le pétrin tout seul, mais on a besoin des autres pour s’en sortir. La vertu de la thérapie de groupe, telle que la raconte le film, c’est l’échange. C’est l’autre qui te dit qu’il connaît le même malheur que toi. Et en le partageant, et ses fragilités et ses angoisses, onfait circuler la vie.»

«Cela correspond à l’idée que j’ai aujourd’hui du métier d’acteur : jouer ensemble, former une troupe. Le cinéma est un sport d’équipe. Là, comme on s’appuyait sur un témoignage authentique, il fallait une haute sincérité de la part de tous les acteurs, une attention extrême les uns aux autres. Souvent, Philippe Godeau reprenait ce mot de Pialat : “On refait la scène sans la jouer.”»

Voilà juste trente ans que François Cluzet a débuté à l’écran, dans Cocktail Molotov, de Diane Kurys. Chabrol, Tavernier, Jolivet, Salvadori, notamment, ont fait de ce fils d’un vendeur de journaux parisien une tête d’affiche du cinéma français, couronnée par un césar en 2007 pour Ne le dis à personne, de Guillaume Canet (avec qui il tourne actuellement un nouveau film, Les Petits Mouchoirs).

 

«Il faut jouer les défauts, partir de ses faiblesses»

 

«J’ai mis du temps à me trouver, se souvient-il, j’étais encombré par mon ego, je faisais un numéro, et je picolais, moi aussi. Mais c’est un enfermement. Peu à peu, on perd le contact avec son entourage, on s’isole, on ressasse, on tombe dans le monologue. Ce que j’ai pu me faire ch… quand je ne m’intéressais qu’à moi ! Maintenant, je passe des journées merveilleuses où je ne pense pas à moi. Je n’ai pas envie de vivre sans les autres, c’est trop monotone ! Et puis, on n’y arrive pas. »

À 54 ans, François Cluzet a retrouvé l’humour qu’il aime, l’art de se moquer de soi-même, et surtout, il a développé cette vision large et généreuse de son travail d’acteur :

«C’est trop simple, le héros, assure-t-il. On hypertrophie les qualités, on enlève les défauts. Je crois qu’à l’inverse il faut jouer les défauts, partir de ses faiblesses, de ce fond d e blues que nous avons tous, pour trouver la vie. La vie arrive avec les acteurs qui s’abandonnent, pas avec ceux qui veulent contrôler, dominer, imposer une image. Et si on a le rôle principal, on est responsable du jeu de ses partenaires, de l’harmonie de l’ensemble. »

Il lui semble qu’aujourd’hui, le « grand acteur » qui se propulse de film en film, toujours reconnaissable, soit passé de mode, comme, dans d’autres domaines, l’homme providentiel ou l’individualiste gagnant. Et il n’est pas mécontent de cette évolution.

«On a fait les frais de l’individualisme stérile, dit-il. Les faux héros de la performance égoïste se révèlent des escrocs et des imposteurs. Tant mieux si on commence à changer d’époque et à s’apercevoir que les profiteurs laissent vraiment trop de gens sur le bord de la route. Je suis convaincu que le progrès passera par le fait d’accepter les plus faibles et non pas de se retrouver entre forts. »

En attendant À l’origine, le nouveau film de Xavier Giannoli (en salle le 11 novembre), où Cluzet joue un escroc sauvé par l’amour, Le Dernier pour la route annonce déjà ce monde un peu plus fraternel.


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

LA VERITE SVP |
camerounais |
C'est facile! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ressentir la paix et la joi...
| La Zone
| INFINITY7